« Des silhouettes drapées, attrapées sous un voile, une lumière naturelle doucement filtrée par le noir et le blanc. Des formes humaines en mouvement, enfants et adultes qui se laissent aller et nous tendent leurs bras. On les devine joyeux et vivants… »

Isabelle Labarre, Ouest-France

Pour présenter ce travail, les photographies sont projetées sur un voile tendu à travers l’espace immense et vide de l’ancien pavillon militaire, à l’entrée du parc Théodore-Monod.
Un léger vent l’anime, entraînant les personnages, au premier plan. Les images le traversent et se forment aussi le mur décrépit.  Mouvement et fixité, transparence et matière…

Les Photographique, festival de l’image. Mars 2008, Le Mans.