Dans ce travail, Isabelle Guinaudeau compose ses images comme on crée un texte, en ajoutant les mots les uns aux autres. Chaque élément garde sa propre identité, mais acquiert une dimension contextuelle qui enrichit, approfondit, précise le sens de la phrase. Ou la rend plus complexe.
En unissant des êtres qu’elle a saisis avec la même douceur du regard, elle crée de nouvelles histoires. Ou plutôt de nouvelles propositions d’histoires. Il n’y a pas ici une seule grille de lecture, une seule clef. Mais une seule ligne de conduite : Isabelle Guinaudeau photographie les êtres en respectant leur intimité.