« Il suffit d’un signe pour évoquer un visage, il n’est nul besoin d’imposer aux gens des yeux,
une bouche…il faut laisser le champ libre à la rêverie du spectateur. »

Henri Matisse, 1955

Tout est parti d’une image mentale, une atmosphère que j’ai essayé de recréer, de restituer. J’ai essayé de photographier l’Autre dans sa globalité, pour ce qu’il est, sans m’attarder sur les petits détails, physiques ou vestimentaires. Peu importe le visage, peu importe l’expression. Le voile est un prétexte pour ne pas donner à voir directement. C’est comme un voyage.